En Libye, le chef du gouvernement intérimaire, Abdelhamid Dbeiba, a prêté serment — tbradio.net

Le Premier ministre libyen Abdelhamid Dbeibah, chargé d’organiser la transition jusqu’aux élections prévues en décembre, a prêté serment lundi au siège provisoire du Parlement, dans la ville de Tobrouk. Le 5 février, il avait été désigné Premier ministre par intérim par 75 responsables libyens sous l’égide de l’ONU.

Le Premier ministre Abdelhamid Dbeibah, qui doit gérer la transition en Libye jusqu’aux élections prévues en décembre, a prêté serment, lundi 15 mars, plus d’un mois après sa désignation dans le cadre d’un processus politique parrainé par l’ONU pour sortir le pays d’une décennie de chaos. Abdelhamid Dbeibah et ses ministres ont juré « de préserver l’unité, la sécurité et l’intégrité » de la Libye, lors de cette cérémonie au siège provisoire du Parlement, installé en 2014 dans la ville portuaire de Tobrouk située à quelque 1 300 kilomètres à l’est de la capitale Tripoli. Les députés ont commencé à rejoindre la salle vers 11 h (9 h GMT), en attendant l’arrivée de l’avion présidentiel en provenance de Misrata, ville située dans l’ouest du pays.

Plusieurs ambassadeurs ainsi que le président du Parlement, Aguila Saleh, ont assisté à la cérémonie, alors qu’un important dispositif de sécurité était déployé dans la ville. Ce qui représente la concrétisation d’une percée politique sans précédent depuis 2014 devait initialement se tenir à Benghazi, berceau de la révolte ayant entraîné la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, avant d’être délocalisée à Tobrouk pour des considérations « logistiques ». Après des années d’impasse dans un pays divisé en deux camps (l’un à l’est, l’autre à l’ouest), Abdelhamid Dbeibah, 61 ans, a été désigné Premier ministre par intérim le 5 février par 75 responsables libyens de tous bords réunis à Genève sous l’égide de l’ONU, en même temps qu’un Conseil présidentiel de trois membres.

Son gouvernement d’unité nationale a obtenu mercredi un vote de confiance « historique » des députés. Il remplace aussi bien le Gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, installé en 2016 dans l’Ouest et reconnu par l’ONU, que le cabinet parallèle d’Abdallah al-Theni (non reconnu par la communauté internationale), basé dans la Cyrénaïque, région contrôlée de facto par les forces du maréchal Khalifa Haftar. Fayez al-Sarraj et Abdallah al-Theni étaient absents lors de la cérémonie. Il est chargé d’unifier les institutions du pays et d’assurer la transition jusqu’aux élections du 24 décembre, date à laquelle sa mission devrait théoriquement prendre fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *